confirmer


confirmer

confirmer [ kɔ̃firme ] v. tr. <conjug. : 1>
confermer 1213; lat. confirmare, rac. firmus « 1. ferme »
1Vieilli Rendre plus ferme (une chose établie). renforcer. Confirmer une institution. Mod. Loc. L'exception confirme la règle.
Confirmer qqn dans qqch. (sentiment, attitude, opinion, etc.) :rendre (qqn) plus ferme dans. ⇒ affermir, conforter, encourager, fortifier. « Toutes les femmes d'ailleurs le confirmaient dans la bonne opinion qu'il se faisait de sa beauté » (Aragon).
2Cour. (sujet personne) Rendre certain; affirmer l'exactitude, l'existence de (qqch.). assurer, certifier, corroborer, garantir. Confirmer l'exactitude d'un fait, une nouvelle. Confirmer en donnant un caractère officiel. attester, entériner, homologuer, légaliser, ratifier, sanctionner, valider. Confirmer un rendez-vous, une réservation, un billet d'avion. Au pass. Cela demande à être confirmé. Pronom. (pass.) La nouvelle se confirme. impers. Il se confirme que... s'avérer. (Sujet chose) Votre témoignage confirme le sien. Les résultats confirment nos soupçons. vérifier. Les résultats confirment que (et indic.). attester, démontrer, prouver.
3(v. 1170) Théol. Conférer le sacrement de la confirmation à. Les apôtres furent confirmés le jour de la Pentecôte.
⊗ CONTR. Abroger, annuler, démentir, infirmer, nier, réfuter, 1. rétracter.

confirmer verbe transitif (latin confirmare, de firmus, ferme) Affirmer, parce qu'on est bien informé, autorisé à le faire ou après un certain temps de réflexion, que ce qui a été dit, demandé ou fixé auparavant est (toujours) valable : Confirmer un rendez-vous. Apporter ou être la preuve qu'un jugement, un sentiment, etc., sont justes ou fondés, qu'un fait est exact, vrai ; appuyer, renforcer l'évolution d'un phénomène ; attester, démontrer, ratifier : Analyse de laboratoire qui confirme un diagnostic. Faire que quelqu'un soit sûr ou plus sûr du bien-fondé de son opinion, de sa résolution, l'affermir dans son comportement, l'encourager : En apportant ces nouveaux éléments, vous me confirmez dans ma résolution. Renoncer au droit de discuter la validité d'un acte juridique. Donner le sacrement de confirmation. ● confirmer (difficultés) verbe transitif (latin confirmare, de firmus, ferme) Construction Confirmer que (+ indicatif ou conditionnel) : cela confirme qu'il a raison, cela confirme qu'il pourrait avoir raison.confirmer (expressions) verbe transitif (latin confirmare, de firmus, ferme) Confirmer quelqu'un dans ses fonctions, transformer son statut provisoire ou d'essai en statut réel, définitif. ● confirmer (homonymes) verbe transitif (latin confirmare, de firmus, ferme) confirmant confirmand nom masculinconfirmer (synonymes) verbe transitif (latin confirmare, de firmus, ferme) Affirmer, parce qu'on est bien informé, autorisé à le faire...
Synonymes :
Contraires :
- démentir
- réfuter
Apporter ou être la preuve qu'un jugement, un sentiment, etc....
Synonymes :
- entériner
Contraires :

confirmer
v.
rI./r v. tr.
d1./d Maintenir (ce qui est établi), sanctionner, ratifier. Confirmer une prérogative.
d2./d Conforter. Il m'a confirmé dans mon opinion.
d3./d Assurer la vérité de qqch, l'appuyer par de nouvelles preuves. Expérience qui confirme une théorie. Ant. contredire, démentir, infirmer.
d4./d RELIG Administrer le sacrement de la confirmation à.
rII./r v. Pron. Devenir certain. Cette information se confirme.

⇒CONFIRMER, verbe trans.
A.— Littér. Rendre plus fort ou plus intense, plus ferme ou plus stable. Synon. affermir, fortifier, renforcer.
1. [Le compl. d'obj. est un inanimé abstr. désignant le plus souvent un phénomène intellectuel, moral ou social] Confirmer une victoire. Une foi qui avait été confirmée par la forte éducation du travail et de la pauvreté (LACORDAIRE, Éloge funèbre du général Drouot, 1847, p. 44). Son regard [de M. Corot], fin et judicieux, comprend plutôt tout ce qui confirme l'harmonie que ce qui accuse le contraire (BAUDELAIRE, Curiosités esthétiques, 1867, p. 268) :
1. Cette bourgeoisie tutélaire s'incarne dans ses penseurs. L'orgueil du clerc confirme et fortifie l'orgueil commun du bourgeois.
NIZAN, Les Chiens de garde, 1932, p. 96.
Emploi pronom. Nous avons vu naître et se confirmer chaque tendance instinctive (CABANIS, Rapports du physique et du moral de l'homme, t. 2, 1808, p. 318).
2. [Suivi d'un compl. dir. désignant une pers. et d'un compl. précédé de dans, désignant un état, une attitude intellectuelle ou morale, un sentiment] Confirmer qqn dans une certitude, dans une croyance, une espérance, une impression. Un rapport qui pût me confirmer dans mon erreur (Mme DE GENLIS, Les Chevaliers du Cygne, t. 3, 1795, p. 64). Pour que cette proximité de la capitale le confirmât dans sa solitude (HUYSMANS, À rebours, 1884, p. 11) :
2. Mme Dunoyer, la patronne, connaît admirablement sa clientèle, et feint une indulgence excessive qui confirme chacun de ces messieurs dans la bonne opinion qu'il a de lui-même, de ses prudentes débauches, de son cynisme démodé.
BERNANOS, Un Mauvais rêve, 1948, p. 945.
3. Spéc., THÉOL. Confirmer qqn. Lui administrer le sacrement de la confirmation (qui renforce le chrétien dans la grâce et la foi du baptême) :
3. Le problème de l'âge convenable pour la confirmation était inconnu de l'Antiquité, puisque ce sacrement était la plupart du temps administré en relation avec le baptême. On confirmait donc aussi bien des enfants mineurs que des adultes.
FRIES, t. 1, 1965.
P. ext. et fam. [P. allus. au soufflet symbolique (de la force de résistance au mal) qui caractérise le rite de la confirmation] Confirmer qqn. Lui donner un ou plusieurs soufflets :
4. Si quelqu'un lève encore la langue, je le calotte, oui, vous m'entendez : je le calotte comme un gamin.
— Ho-ho! Calotter... fit quelqu'un du fond de la salle : le curé n'est pas encore évêque pour vouloir confirmer le monde!
POURRAT, Gaspard des Montagnes, Le Château des sept portes, 1922, p. 144.
B.— Rendre une chose plus certaine ou plus assurée.
1. Présenter comme certaine une chose considérée jusque là comme quelque peu douteuse ou seulement possible ou probable, établir avec plus de certitude la réalité ou la vérité d'un fait, d'une nouvelle, la valeur d'une idée, d'une théorie, le bien-fondé d'un sentiment, par de nouveaux indices, de nouveaux arguments, de nouvelles preuves ou simplement de nouvelles assurances données par une personne autorisée. Confirmer une nouvelle. Confirmer pleinement. Confirmer que. Tu me confirmes des soupçons que je veux aller vérifier (BALZAC, Le Père Goriot, 1835, p. 219). [Les] vérités de la religion confirmées par les découvertes de la science (A. FRANCE, L'Orme du mail, t. 2, 1897, p. 77). Dans quelle mesure il estimait que la guerre confirmait ou infirmait les principes qu'il m'avait alors exposés (PROUST, Le Temps retrouvé, 1922, p. 752) :
5. Au reste, les faits de l'histoire de France, bien loin de servir d'appui à la doctrine que nous combattons, confirment l'existence d'un pacte primitif entre la nation et les rois, autant que la raison humaine en démontre la nécessité.
Mme DE STAËL, Considérations sur les princ. événements de la Révolution fr., t. 2, 1817, p. 159.
6. Le mépris qu'elle [l'Allemagne] avait témoigné aux engagements de Genève nous apportait la preuve éclatante de son hypocrisie. Cet exemple confirmait nos répugnances et nous justifiait vis-à-vis de nous-mêmes.
AMBRIÈRE, Les Grandes vacances, 1946, p. 260.
SYNT. Confirmer des bruits, des croyances; confirmer des appréhensions, des craintes, des doutes; confirmer un diagnostic; confirmer une hypothèse, une idée, une supposition, une théorie; confirmer un récit, des renseignements, un témoignage; confirmer l'exactitude d'une chose; l'exception confirme la règle; sembler, venir confirmer.
Emploi pronom. à valeur passive. Les bruits recueillis par Des Vallières se confirmaient (JOFFRE, Mémoires, t. 2, 1931, p. 262).
Tournure impers. Il se confirme que + ind. ou conditionnel.
2. Garantir la validité d'un acte public ou privé en donnant son approbation ou en renouvelant (souvent par écrit) une affirmation à ce sujet. Confirmer une commande, des ordres; confirmer une charge, un titre. Synon. sanctionner, ratifier. Il confirma et renouvela un traité de paix conclu avec la duchesse de Bourbon (BARANTE, Hist. des ducs de Bourgogne, t. 4, 1824, p. 360). Il leur confirma le privilège de se garder eux-mêmes (CHATEAUBRIAND, Mémoires d'Outre-Tombe, t. 1, 1848, p. 43). Lequel se ferait confirmer ses pouvoirs par la chambre antérieurement élue (DE GAULLE, Mémoires de guerre, 1954, p. 593) :
7. Ces principes consacrés, en 1590, par un canon du concile de Toulouse et confirmés par deux décrets de la congrégation des rites, ne sont plus suivis.
HUYSMANS, Là-bas, t. 2, 1891, p. 66.
Prononc. et Orth. :[], (je) confirme []. Ds Ac. 1694-1932. Étymol. et Hist. 1. a) Xe s. confirmer (qqn) en veritad « donner à quelqu'un l'assurance qu'il est dans la vérité » (Passion, éd. d'A. S. Avalle, 442); b) mil. XIIe s. « affermir quelqu'un » (Psautier Cambridge, VII, 9 ds GDF. : Serat confermet li justes [confirmabitur justus]); c) ca 1174 confermer « ratifier [ici : des lois] » (G. DE PONT-STE-MAXENCE, St Thomas, éd. Walberg, 1043), la graphie confermer jusque COTGR. 1611; 2. ca 1174 liturg. (ID., ibid., 4938); 3. 1680 (RICH. : La nouvelle se confirme). Empr. au lat. class. confirmare (de firmus « ferme, stable ») « affermir; assurer, certifier, garantir », terme de liturg. en lat. chrét. (v. Archéol. chrét., s.v.). La forme confermer fréq. jusqu'au XVIe s., est remplacé ensuite par confirmer refait sur le latin. Fréq. abs. littér. :1 469. Fréq. rel. littér. :XIXe s. : a) 2 565, b) 1 237; XXe s. : a) 1 554, b) 2 458.
DÉR. 1. Confirmateur, trice, adj. et subst. (Personne, chose) qui confirme. Le confirmateur d'une nouvelle (Lar. 19e-20e). Une négation confirmatrice (CLAUDEL, Le Soulier de satin, 1944, 3e journée, 1, p. 771). Seule transcr. ds LITTRÉ : kon-fir-ma-teur. Il n'indique pas le fém. [-]. 1res attest. fin XVe s. (Ancienn. des Juifs, Ars 5083, f° 204d ds GDF. Compl.) — début XVIIe s. (St François de Sales ds HUG.), à nouveau dep. Lar. 19e; de confirmer, suff. -(at)eur2; cf. lat. médiév. confirmator « celui qui confirme (une élection) » ca 1341 ds LATHAM. Fréq. abs. littér. : 1. 2. Confirmatif, ive, adj. Qui confirme, apporte une confirmation. Arrêt confirmatif, expérience confirmative, statuts confirmatifs. Le donateur ne peut réparer par aucun acte confirmatif les vices d'une donation entre-vifs (Code civil, 1804, p. 242). De belles observations anatomocliniques confirmatives de sa doctrine (Ce que la France a apporté à la méd. dep. le début du XXe s., 1946, p. 254). [], fém. [-i:v]. Ds Ac. 1694-1932. 1re attest. 1473 ordonnance confirmative (texte cité ds FAGNIEZ, Études sur l'industrie aux XIIIe et XIVe s., 334 d'apr. DELB. Notes); de confirmer, suff. -(at)if; cf. lat. médiév. confirmativum [s.-ent. documentum] « diplôme confirmatoire » (1116 ds NIERM.). Fréq. abs. littér. : 10.
BBG. — COLÓN (G.). Un Cambio de perspectiva etimológica Rosicler y su mediato origen francés. Trav. Ling. Litt. Strasbourg. 1971, t. 9, p. 217. — GILLIÉRON (J.). Les Conséquences d'une collision lex. et la latinisation des mots fr. Paris, 1921, t. 20, pp. 60-74.

confirmer [kɔ̃fiʀme] v. tr.
ÉTYM. Xe; v. 1174, aussi confermer, jusqu'au XVIe; lat. confirmare, de con- (cum), et firmus. → 1. Ferme.
1 Vieilli. Rendre plus ferme (une chose établie). Affermir, appuyer, assurer, consacrer; cimenter, compléter, fortifier, renforcer, sceller (fig. et littér.). || L'appauvrissement de la noblesse servit à confirmer la monarchie.
1 Scipion Émilien qui confirma par cette victoire le nom d'Africain dans sa maison (…)
Bossuet, Hist., I, 9, in Littré.
2 (…) je m'étonnais (qu'il) ne voulût pas confirmer l'effet de ces bains par la douceur d'un climat qui fait la consolation de tous les pauvres goutteux (…)
Mme de Sévigné, 1237, 23 nov. 1689.
3 Le travail et la production ne constituent pas, mais confirment et développent le droit de propriété.
Victor Cousin, Justice et Charité.
Loc. mod. L'exception confirme la règle.
2 Confirmer qqn dans qqch., rendre (qqn) plus ferme dans. || Confirmer qqn dans un sentiment, dans une attitude. Affermir (cit. 2), encourager, fortifier. || Nous l'avons confirmé dans sa résolution. || Se confirmer dans une opinion.
4 L'expérience acquise au long de la carrière m'a confirmé dans ce sentiment (…)
G. Duhamel, Discours aux nuages, I, p. 12.
Vx. || Confirmer qqn à quelque chose.
Spécialt (sans compl. second). T. de manège. || Confirmer un cheval, achever de le dresser.
3 Cour. Rendre certain; affirmer l'exactitude, l'existence de (qqch.). Assurer, certifier, corroborer, garantir. || Confirmer l'exactitude d'un fait. || Confirmer une théorie, un diagnostic. || Confirmer un bruit, une nouvelle.Pron. || La nouvelle se confirme, et impers., il se confirme que… Avérer (s').La radio a confirmé ce que disaient les journaux du matin. || Confirmer une intention. || Confirmez-moi votre arrivée par télégramme. || Confirmer en donnant un caractère officiel. Attester, entériner, homologuer, légaliser, ratifier, sanctionner, valider.(Le sujet désigne la chose, l'information qui confirme). || Chose qui vient en confirmer une autre. || Votre témoignage confirme le sien. || Les résultats confirment nos soupçons. Vérifier. || Cela confirme ses craintes. || Les résultats confirment que… (et indic.). Attester, démontrer, prouver.
5 (…) une trahison que tant d'apparences me confirmaient.
Molière, Dom Juan, I, 3.
6 (…) et si je changeais, je confirmerais mon opinion.
Pascal, Pensées, VI, 375 (→ Changement, cit. 2).
7 L'expérience confirme que la mollesse ou l'indulgence pour soi et la dureté pour les autres n'est qu'un seul et même vice.
La Bruyère, les Caractères, IV, 49.
8 (…) le trouble de tous vos amis et le changement de votre visage ne confirmaient que trop mes craintes et mes frayeurs.
Mme de Sévigné, 614, 16 juin 1677.
Au passif. || Cela a été, n'a pas été confirmé (par qqn, par une information, un fait).
9 La nouvelle, sans doute, demande à être confirmée.
France, le Mannequin d'osier, Œ., t. XI, p. 325.
10 Le jugement définitif de l'histoire dépend d'une infinité de jugements qui auront été prononcés d'ici là et qui seront alors confirmés ou infirmés.
Camus, l'Homme révolté, p. 297.
4 (V. 1174). Théol. Conférer le sacrement de la confirmation (2.) à (qqn). || Les apôtres furent confirmés le jour de la Pentecôte.
Fig., fam., vieilli (par allus. au soufflet que donne l'évêque qui confirme). Gifler.
——————
confirmé, ée p. p. adj.
1 Rendu, reconnu certain. Avéré. || Nouvelle confirmée. || Déposition confirmée par des témoins. || Personne confirmée dans ses décisions.Spécialt. || Cheval confirmé sur les obstacles. Dressé.
2 Que l'on peut à coup sûr reconnaître comme tel. || « Des hystériques confirmés » (Pierre Janet, in T. L. F.).
Expérimenté et compétent. || C'est un équipier confirmé.
3 Qui a reçu le sacrement de confirmation. || Un chrétien confirmé.Être confirmé en grâce : être dans la grâce de Dieu. N. || Les confirmands et les confirmés.
CONTR. Abroger, annihiler, annuler, casser, contredire, dédire, démentir, dénier, désavouer, ébranler, infirmer, invalider, nier, rapporter, réformer, réfuter, rétracter.
DÉR. Confirmateur, confirmatoire.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • confirmer — CONFIRMER. v. act. Rendre plus ferme, plus stable, affermir davantage. Cela m a fort confirmé dans mon opinion, dans la croyance que j avois. Ce miracle le confirma dans la Foi Chrétienne. Il fut confirmé dans son dessein par une telle rencontre …   Dictionnaire de l'Académie Française 1798

  • confirmer — Confirmer. v. act. Rendre plus ferme, plus stable, Affermir davantage. Cela m a fort confirmé dans mon opinion, dans la croyance que j avois. ce miracle le confirma davantage dans la foy Chrestienne. il fut confirmé dans son dessein par une telle …   Dictionnaire de l'Académie française

  • Confirmer — Con*firm er, n. One who, or that which, confirms, establishes, or ratifies; one who corroborates. Shak. [1913 Webster] …   The Collaborative International Dictionary of English

  • confirmer — (kon fir mé) v. a. 1°   Rendre ferme, en parlant des choses. •   Ainsi tant de miracles étonnants, que les anciens Hébreux ont vus de leurs yeux, servent encore aujourd hui à confirmer notre foi, BOSSUET Hist. II, 13. •   Il confirma par cette… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • CONFIRMER — v. a. Rendre plus ferme, plus stable. Il ne s emploie qu au figuré. Les persécutions ne servirent qu à confirmer l Église naissante.   Il signifie plus ordinairement, Faire persister quelqu un dans une opinion, dans une résolution, l affermir… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • CONFIRMER — v. tr. Rendre plus ferme, plus stable. Il ne s’emploie qu’au figuré. Les persécutions ne servirent qu’à confirmer l’église naissante. Il signifie plus ordinairement Faire persister quelqu’un dans une opinion, dans une résolution, l’affermir dans… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • confirmer — vt. /vi., donner ou recevoir le sacrement de confirmation : KONFIRMÂ (Albanais.001, Annecy, Giettaz, Villards Thônes.028), konfyèrmâ (Saxel). A1) confirmer, rendre plus sûr, réaffirmer : konfirmâ, rafirmâ (001,028) …   Dictionnaire Français-Savoyard

  • confirmer — See confirmability. * * * …   Universalium

  • confirmer — noun One who confirms something …   Wiktionary

  • confirmer — n. one who confirms, verifier …   English contemporary dictionary


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.